Skip to content

Communiqué 8 mars 2013

8 March 2013

A l’occasion du 8 mars, bien des gestionnaires de l’Etat vont se gargariser de beaux discours sur l’égalité. A les entendre, la France serait un paradis pour les femmes, et pourtant celles qui n’ont pas la bonne carte d’identité souffrent à la fois des violences machistes et de la violence raciste de l’Etat.

Et effet, derrière les discours, la législation française actuelle maintient des dizaines de milliers de femmes sous le pouvoir quasiment absolu de leurs maris et autres conjoints. Ce n’est pas dans un pays où l’apartheid sexiste est inscrit dans la constitution, mais en France, « patrie des droits de l’homme », dans la France qui affiche la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » que la législation permet à un homme, sur simple déclaration de « fin de vie commune » à la Préfecture de faire renvoyer une femme à des milliers de kilomètres, c’est en France où la législation met les femmes étrangères sous la dépense totale de leurs maris pendant trois ou quatre ans. Avant ce délais, quitter le domicile conjugal, même en cas de violences, c’est risquer de se retrouver privée de titre de séjour, sans-papier, sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire et même expulsée, et le plus souvent dans un pays où le statut de « femme divorcée » est prétexte à de nouvelles violences ou discriminations.

Le droit pour toute femme de vivre sans violence et de pouvoir être protégée et défendue lorsqu’elle est victime de violences conjugales implique un véritable droit au séjour pour les femmes victimes de violences et la régularisation immédiate de toutes les femmes qui sont actuellement sans-papiers parce qu’elles ont quitté un conjoint violent.

Tant que le gouvernement ne prendra pas en compte ces revendications, tant que des femmes, parce qu’elles sont étrangères, devront « choisir » entre subir des violences sexistes ou être menacées d’expulsion, tant que des femmes seront sans-papiers pour avoir refusé de subir des violences, tous les beaux discours des femmes et hommes politiques tenues en cette journée internationale des femmes sonneront creux.

Campagne « Droit d’asile et droit au séjour pour toutes les femmes victimes de violences », 8 mars 2013

Pétition :

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/asylum-rights-and-the-right-to-stay-for-all-victims-of-gender-based-violence

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: